29/12/2008

1 - 2 - 3... Soleil !!!

"Par la présente, je veux donner ma démission du monde des adultes. J'ai décidé d'accepter de reprendre les responsabilités d'un enfant de huit ans.
Je veux aller au McDonald en pensant que c'est un restaurant 4 étoiles. Je veux croire que les M&Ms sont meilleurs que l'argent parce qu'on peut les manger. Je veux installer, avec mes amis, sous un grand chêne, un kiosque de limonade par une belle journée ensoleillée de l'été.
Je veux remonter dans le temps jusqu'au moment où ma vie n'était que couleur, tables de multiplication et rimes de gardienne alors que rien ne me dérangeait parce que je ne savais rien et que je m'en foutais. La seule chose qui importait était d'être heureux car j'étais tout à fait inconscient des choses qui pouvaient me tracasser et me choquer.
Je veux croire à nouveau que le monde est juste, que les gens sont honnêtes et bons. Je veux croire que tout est possible. Je veux être inconscient des complexités de la vie pour m'attarder, m'émerveiller et m'exciter avec toutes les choses simples de la vie.
Je veux revivre simplement, ne plus voir mes journées consister en pannes d'ordinateur, en montagne de travaux à faire, en nouvelles négatives, en comptant les journées où je pourrai vivre normalement dans le mois en comptant l'argent que j'ai à la banque et tout ça à travers le mémèrage quotidien, la maladie et la perte d'êtres chers.
Je veux croire au pouvoir du sourire et des caresses, à un monde gentil, à la vérité, à la justice, à la paix, au rêve, et à l'imagination en créant de petits anges avec la neige sur le point de tomber.


Donc... voici mon carnet de chèque, mes clefs d'auto, mes cartes de crédit, mes comptes à payer et ma lettre de démission. Je me retire officiellement du monde ses adultes.
Et si vous voulez en discuter avec moi, vous devrez être vite sur vos patins parce que voyez-vous... "TAG", vous êtes touché ! »

Auteur inconnu
Transmis par Annick

Brin de sagesse :
"Il n'est jamais trop tard pour être un enfant heureux."

14:53 Publié dans Texte libre | Commentaires (0) |  Facebook

15/12/2008

SDF

Avant j’étais quelqu’un
A qui on disait bonjour en me voyant
J’ai fais de longue études
Obtenu un bon métier
Je me suis ensuite marié
Vécu heureux durant quelques années

Entourés d’amis chaque dimanche et jour fériés
Où nous faisions des festivités
Familles, amis tous réunis
Devant un somptueux dîner
Que ma douce moitié nous préparait
Des jours heureux étaient ces années

Un hiver la maladie a emportée
Ma chère et tendre moitié
Je me suis retrouvé seul abandonné
Je n’avais plus envie de continuer
Sans Madeleine à mes côtés
Sans Madeleine que j’ai tant aimé

Je me suis laissé périr
L’alcool m’aidait à me détruire
Un matin je me suis retrouvé à la rue
Sans rien juste un pardessus
Je vagabondais dans les allées
Sans réellement savoir où j’allais

Les dimanches et jours fériés
Plus d’amis ni famille à inviter
Mon ami est cette bouteille
Qui me tient chaud durant mon sommeil
Je rêve de Madeleine ma bien-aimée
Je souhaiterais tellement te retrouver….

Ce matin j’ai du mal à me lever
La température a bien chutée
Mon pardessus tout usé
N’a pu me réchauffer
Ni même ces journaux
Ne m’ont tenu chaud

J’aperçois je crois… une lumière bleue
J’ai du mal à ouvrir les yeux
Leurs mains s’activent sur mon cœur
Mais je vois au loin une lueur
C’est Madeleine ma bien-aimée
Qui est venue me chercher…

Nath Bellil

18:59 Publié dans Poèmes | Commentaires (2) |  Facebook

12/12/2008

Père noël 15, rue des fées

Père noël

15, rue des fées

Pôle Nord

 

 

Cher petit papa noël,

 

Tout le monde me demande de te faire une lettre et moi j'aimerais bien te la faire cette lettre mais tu vois papa noël je sais pas trop ce que j'aurais à te demander cette année.

 

Tu sais, ces derniers jours j'ai plutôt pensé à ce que mes enfants auraient envie, à ce qui pourrait faire plaisir à mes petits enfants et puis j'ai aussi pensé à mes amis et tout ça m'a pris beaucoup de temps. Après il a fallu aussi trouver un peu de temps pour aller tout chercher et bien sûr changer mes idées au dernier moment parce que tu n'avais plus tout ou bien que je n'aimais plus ou bien que j'avais un doute. Finalement je crois que j'ai tout bien fait comme il fallait et que j'ai oublié personne. Surtout père noël je crois que j'en ai pas trop fait tu vois, que j'ai laissé à mes enfants le goût d'attendre encore autre chose et que j'ai réussi à préparer ce noël dans l'esprit que ma grande fille m'avais demandé d'avoir : en me faisant plaisir.

 

Alors ce soir, en revenant des grandes zones commerciales dans ce petit froid piquant et dans la nuit, je me suis donné un peu le temps de penser.

Tu sais papa noël que je suis en fauteuil roulant, ça ne roule pas vite un fauteuil roulant, et quand tu traverses le bout de campagne pour rejoindre les lumières des rues tu as le temps de lever la tête et de regarder les étoiles. Et puis tu as aussi le temps de réfléchir...

 

J'avais un gros paquet sur les genoux, de gros paquets dans mon dos, encore en tête l'énorme paquet que je réservais à mes petits-enfants, je me sentais bien, en paix, et je me suis dit « et si maintenant tu demandais toi aussi un cadeau au père noël ?»

Alors j'ai réfléchi, réfléchi, et finalement j'ai rien pu trouver père noël. Et pourtant tu sais que je manque pas d'idées d'habitude hein !

 

J'avais ces étoiles au-dessus de moi et je me suis dit que j'arriverais jamais à trouver quelque chose de plus joli. J'avais ce froid piquant sur la peau et je me suis dit que j'arriverais jamais à trouver quelque chose de plus doux. Même à un moment j'ai eu quelques larmes, tu sais que ça m'arrive, et je me suis dit que j'arriverais jamais à être plus vivant.

 

Et puis j'ai repensé à mon année, aux fous-rires du début quand je lisais les horoscopes qui prédisaient le vide et la solitude, à la petite pointe amère quand je réalisais qu'ils seraient sans doute vrais. J'ai repensé aux mois qui ont passé et aux jours qu'il a fallu combler, elle n'a pas été facile cette année, elle a été c'est tout.

J'ai repensé aussi aux horoscopes qui me prédisent une autre année de vide et de solitude et ça m'a fait sourire. Elle ne devrait pas être facile cette année mais tu sais père noël les voyantes aussi savent faire du copier/coller c'est pas sérieux tout ça !

 

Et puis j'ai fait le point. Je t'ai dit que ça roulait pas vite un fauteuil dans la campagne et dans la nuit alors j'ai eu le temps. Surtout j'ai bien fait attention de m'arrêter souvent pour garder un peu plus de ce temps, comme quand tu sais que l'instant est rare et que tu ne dois pas le gaspiller.

 

Je vais te dire père noël : je veux rien. J'ai tout ce qu'il faut pour vivre.

Quand je veux manger je mange, quand je veux boire trop je bois trop, quand quelque chose me plait dans une vitrine j'ai les moyens de ne pas en avoir trop envie et quand je veux rire je ris et quand j'ai envie de pleurer je sais maintenant le faire sans honte.

 

Que voudrais-tu que je te demande de plus ? De ne plus être malade ? Mais toi tu sais bien tout ce qu'elle m'a apporté cette maladie, tu sais comme j'ai changé grâce à elle et comme j'ai enfin trouvé un peu de paix. D'être plus riche ? Tu m'offrirais tous les lotos du monde que je n'aurais jamais assez pour m'offrir la plus petite de mes étoiles de ce soir mais je veux bien essayer quand même si tu veux ! De trouver l'Amour ? Je vais encore me faire chambrer par toutes celles qui n'y croient plus, qui n'y ont jamais cru, qui refusent d'y croire et par toutes celles qui me connaissent vraiment et qui se sont cassé les dents sur mes exigences. Ce cadeau je me le ferai un jour, quand je serai prêt, quand je me sentirai capable de rendre heureux, pas maintenant.

 

Tu vois père noël j'ai beau réfléchir je vois rien qui puisse m'apporter plus que ce que j'ai maintenant.

 

Par contre il y a ailleurs, partout ailleurs et ici aussi, des gens bien à qui je pense et qui aimeraient que tu fasses un petit quelque chose pour eux alors voilà...

C'est tout ce que je te demande.

 

Merci père noël.

 

 

11:43 Publié dans Texte libre | Commentaires (9) |  Facebook

06/12/2008

Demande d'avis sur lésion médullaire haute...

Madame, Monsieur,

 

Ce message s’adresse à vous si vous êtes concerné par une lésion médullaire haute (tétraplégie par atteinte de la moelle épinière) ou par une atteinte respiratoire d’origine neurologique, ou encore si vous connaissez au sein de l’APF (adhérents, usagers…) une personne touchée par ce type de pathologie à qui vous pourriez le transmettre.

 

La Haute Autorité de Santé recherche au sein de l’APF l’expertise de personnes tétraplégiques atteintes de lésions médullaires hautes ou d’hypoventilation alvéolaire d’origine centrale pour apporter leur connaissance d’utilisateurs sur l’évaluation des dispositifs de stimulation phrénique et diaphragmatique,

 

L’objectif est un avis à rendre au Ministre de la Santé pour l’inscription de dispositifs médicaux pour le remboursement par l’assurance maladie début 2009.

 

Les réponses à cet appel à expertise profane sont à transmettre à Stéphane Lavergne ou à Michel Delcey.

 

Cordialement

 

Stéphane LAVERGNE

Conseiller Politiques Santé

stephane.lavergne@apf.asso.fr

 

Michel DELCEY

Conseiller Médical

michel.delcey@apf.asso.fr

Demande de lien...

Chers amis,

 

Je me permets de relayer auprès de vous le message de la mère d’un adolescent en situation de handicap de 16 ans, atteint d’une pathologie rare et qui cherche à être mise en relation avec d’autres personnes concernées ou familles confrontées à une affection similaire, en lien avec notre délégation départementale de la Loire.

Son fils est atteint d’une forme rare de tumeur de la moelle épinière, un astrocytome juvénile pilocyataire médullaire.

Si vous avez connaissance de personnes touchées par ce type d’atteinte, merci de relayer ce message en priant ces personnes de se mettre en relation avec :

 

Madame Evelyne Brun (Tél : 09 79 25 86 16, evelyne.brun@orange.fr)

 

Cordialement

Michel DELCEY

Conseiller médical – APF Ecoute Infos

02/12/2008

Laissez le passage !

Un week-end chez un ami en fauteuil roulant.
Et au cours de nos conversations, lui, de me dire que les hommes et femmes debout qui viennent chez lui ne se rendent pas compte des difficultés. Qu'ils lui encombrent le passage, qu'ils lui déplacent ses affaires. Et lui il se cogne, il perd du temps et de l'énergie dans des gestes qu'il aurait pu éviter.
Il pense que ces hommes et femmes debout ne se rendent pas compte.
[ Il me dit aussi par gentillesse ou par vérité que "cela n'arrive pas avec moi". :-) ]

Et moi je ne comprends pas que ces hommes et femmes debout ne se rendent pas compte. C'est du bon sens !
[ C'est vrai que depuis l'enfance, j'ai dans mon entourage des personnes à mobilité réduite]. Peut être que c'est plus évident. Mais qui n'a pas eu une grand-mère, un grand-père à qui faire attention ? [C'est vrai que j'étais très proche et attentive de mes grands-parents ].

Alors pour les hommes et femmes debout qui passeraient par là, faites attention à ne pas encombrer, à ne pas surcharger.
Pour les princes et princesses roulantes, dite leurs à vos amis, dite leurs et si ils ne comprennent pas, parlez leur de leurs grands- parents. Qui sait ?
Effet non garanti !

Annick - Femme debout