06/05/2010

Quand j'étais petit je jouais aux billes…

billes.jpg

...Je jouais aux billes donc (quand j'étais petit !) et je ne m'étais jamais posé la question de l'importance de ce jeu. On est innocent quand on a 7 ou 8 ans et moi je voyais mes billes de toutes les couleurs comme un sac uniforme où toutes avaient plus ou moins la même valeur. Selon la taille les plus grosses valaient plus c'était bien normal, les plus petites pas grand-chose c'était normal aussi.

Erreur ! Grossière erreur ! 

Par exemple je ne me rendais jamais compte que les plus jolies, celles avec le moins de défauts étaient toujours les plus convoitées...

Aujourd'hui les filles et les gars les plus beaux, ceux avec le moins de défauts sont encore les plus convoités. Les autres ? Quels autres ? 

Je ne voyais pas que les billes en terre ne valaient rien face aux billes en fer.


Aujourd'hui, pot de terre contre pot de fer, c'est encore le pot de fer qui gagne. Le fer à une poigne de fer, la terre n'est qu'une poignée de terre.

J'échangeais sans problèmes les colorées, les irisées, les marbrées, celles en bref qui « en jetaient » le plus contre plusieurs autres plus fades et qui pourtant étaient faites du même verre et du même poids.

Aujourd'hui je m'habille chez « Diesel », « Airness », « Bullrot » et ça en jette. Mais un jean's, un pull et un sweat resteront toujours un jean's, un pull et un sweat faits du même tissu et du même poids. 

Mon plaisir et celui de mes copains était d'avoir le plus gros sac de billes de toute la classe. Pourtant 4 ou 5 auraient suffit à nous faire rêver et à jouer toute la journée.

Aujourd'hui nos caves sont remplies de « sacs de billes » qui ne serviront jamais à rien et c'est encore rêver qui nous procure le plus de plaisir.

Il me semblait normal que les plus grosses, celles qui gagnaient tout, soient blanches, que les plus petites, celles qu'une pichenette envoyait valser au loin soient noires.

Aujourd'hui les plus gros, ceux qui gagnent sont toujours blancs. Et quoi que fasse le petit noir, d'une pichenette et d'un champ de mines il valsera, valsera... au loin...

J'aimerais retrouver le temps des billes, pas pour gagner, pas pour avoir la plus belle...

Pour partager mon sac avec un copain et jouer...

... Avec 5 petites billes toutes différentes et toutes identiques...

...Une nuance, seulement une nuance mais un peu plus pâle...

http://2.bp.blogspot.com/_czgKZJ3hsM0/ReKXhLOxXAI/AAAAAAAAANA/wKYBfVB1SOE/s400/anti+racisme.gif

10:07 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.