20/05/2010

Pas de date

Le sommeil  me fuit. Combien de fois cela est arrivé ces dernières années?

Je sens l'angoisse qui monte, monte et rien ne peut la stopper. Pourquoi?

Sur les chemins infinis de notre viehttp://romeojuliette.blog.lemonde.fr/files/colombe_et_cage.jpg

Le regard tourné vers l'horizon

Nous avançons péniblement

Vers ce but que nous ne connaissons pas.

Qu'elle est cette force qui nous pousse?

Avalant les années

Trébuchant sur les difficultés

Mais toujours debout

Toujours en marche

A la limite de nos forces

Titubant, mort vivant

Toujours en avant.

Pourquoi sans répit?


Un simple arrêt aurait suffit

Sur un moment de bonheur

Alors que nous ne voyons que le malheur

Déchirés, affamés, martyrisés

Dans notre corps, dans notre âme.

Comme si ce but suprême

Etait ces oasis de paix, tant souhaité

Ce moment de repos, de béatitude,

Libérés des souffrances

Libérés des doutes

Libérés des incertitudes

En une communion parfaite

Avec ce que nous sommes

Ce que nous désirons être

Je le vois ce chemin de Damas

Et je peine et pleure

Où irais-je chercher la force? Qui me donnera le courage? Qui viendra à mon secours?

Je crie, je hurle, j'appelle

Mais personne ne répond

Je me sens seule

Seule et pourtant entourée de millions de gens

Seule à affronter la dure réalité

De cette vie sans intérêt

Pourquoi l'esprit ne triomphe pas?

Nous sommes enchaînés

Par nos pensées, nos idées,

Nos impôts, nos factures,

Notre travail, cet attirail

Qui s'appelle SOCIETE ! Le contraire de LIBERTE

11:38 Publié dans Poèmes | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.